Florilège des pires intox de Breitbart News, le site phare de l’extrême droite américaine

Le site a multiplié les intox contre Barack Obama et Hillary Clinton.
Capture d’écran Breitbart.com

Titres du jour en lettres capitales en rouge et orange criards. L’interface de Breitbart News (plus souvent appelé Breitbart), site américain “d’informations” fétiche des Républicains pro-Trump, fait mal aux yeux. Ca tombe plutôt bien : cet agrégateur de contenu lancé en 2007 par Andrew Breitbart, journaliste conservateur, se fait un malin plaisir à mettre à mal la rétine de ses lecteurs.

Par son incisive ligne éditoriale, dans un premier temps, où règnent subjectivité et sujets tranchés. Mais aussi positions pro-Trump, antiféministes, anti-immigration, climatosceptiques et ultranationalistes. Pêle-mêle, on retiendra les sujets “Il reste deux mois avant qu’Obama ne donne le contrôle d’Internet aux dictateurs”. Ou encore Il n’y a pas de sexisme dans la Tech, ce sont les femmes qui sont nulles en entretien“(titre particulièrement d’actualité avec le récent scandale sexiste chez Google).

Cependant, c’est bien la désinformation dont le média est désormais expert, qui fait toute sa sève. Du moins, pour son lectorat (37 millions de visiteurs chaque mois). Ainsi que pour son directeur exécutif, Steve Bannon, conseiller de Donald Trump fraîchement remercié. L’homme décrit lui-même son site, qu’il dirige depuis 2012, de “plateforme de l’alt-right”, autrement dit de la droite “pure” et blanche, nativiste et donc nécessairement opposée à l’immigration.

“Léniniste” autoproclamé, Steve Bannon a toujours revendiqué ses desseins destructeurs à l’encontre de l’Etat. “Je veux que tout s’écroule, et détruire l’establishment de notre époque”, a-t-il déclaré lors d’un entretien avec le Daily Beast. Et pour ce faire, Steve Bannon a choisi une arme de destruction redoutable : l’intox propagandiste.

“Contre-vérités” comme marque de fabrique

A l’instar de Fdesouche en France, Breitbart diffuse de nombreuses “contre-vérités” dans l’unique but d’asseoir son discours extrémiste. Par exemple, en proclamant formellement, dans un article du 31 octobre 2016, qu’Hillary Clinton et Barack Obama (ses cibles privilégiées, ADN anti-démocrates oblige) soutiennent les Frères musulmans. Une “information” inventée de toute pièce. La veille de l’élection présidentielle, Breitbart affirmait cette fois-ci qu’Hillary Clinton forcera les Américains à faire grandir l’industrie de l’avortement en cas de victoire.

Selon le site, Hillary Clinton voulait forcer les Américains à faire grandir l’industrie de l’avortement. Capture d’écran Breitbart.com.

En décembre 2015, Breitbart, anti-IVG, s’attaque aux moyens de contraception, assurant qu’ils rendent “les femmes folles et peu désirables”.Vos injections vous feront prendre du poids qui vous empêchera d’obtenir ce que vous voulez vraiment : une relation sexuelle. Cela conduira à une dépression, une consommation excessive de crème glacée, ce qui vous fera grossir encore plus” explique prosaïquement l’auteur de l’article.

Désinformation sans scrupules

Toutefois, le site n’a pas attendu l’arrivée de Steve Bannon pour verser dans la désinformation sans scrupules. Preuve étant, en 2009, la diffusion de vidéos en caméra cachée montrant deux personnes se faisant passer pour une ex-prostituée et son petit ami. Feignant le désespoir, elles quémandent conseils d’évasion fiscale et de prostitution de mineurs auprès d’une association d’aide aux pauvres, Acorn. Cette dernière, piégée, a été dévastée par le scandale qui a suivi. Malgré quarante d’existence et d’expérience, la structure ne s’en relèvera pas et déposera le bilan. On apprendra plus tard que les deux auteurs/acteurs des vidéos ont été grassement rémunérés par… Breitbart, bien sûr.

Autre scandale, en 2010, la vidéo d’une fonctionnaire de couleur, Shirley Sherrod, dans laquelle elle tient des propos “anti-Blancs”. Filmée lors d’une allocution devant l’Association nationale pour la promotion des gens de couleur (NAACP), elle parle de “la répugnance” qu’elle a eue à assister un fermier de type caucasien. La diffusion du film la pousse inévitablement vers la sortie. Même si, depuis, l’examen d’une version plus longue de son discours, où Shirley Sherrod parlait de l’importance de dépasser ses préjugés, lui a permis d’obtenir les excuses de la NAACP et de la Maison Blanche. Ainsi qu’une nouvelle nomination au sein du ministère de l’Agriculture. Toutefois, le mal était fait, et la femme politique mettra des années à se défaire de cette image de “raciste anti-Blancs”.

Palme d’horreur

Néanmoins, la palme d’horreur du faux scoop le plus effroyable reste attribuée à un article de janvier dernier, narrant la nuit de la Saint-Sylvestre à Dortmund, en Allemagne, où une église aurait censément été incendiée par des étrangers à grands renforts d’”Allah Akbar”. “Une foule de 1 000 hommes attaque la police, met le feu à l’église la plus ancienne d’Allemagne la nuit de la Saint-Sylvestre” titrait, sans équivoque, Breitbart. Provoquant quasi instantanément kyrielle de commentaires injurieux, xénophobes et islamophobes. Si bien que police locale a été contrainte de publier un communiqué pour nuancer les faits. Les autorités évoquent bien “un rassemblement de 1 000 personnes” sur le parvis d’une église du centre mais se limitant à “une utilisation inappropriée de feux d’artifices du Nouvel An“.

Selon Le journal local Ruhr Nachrichten, les pompiers ont fait état d’un départ de feu sans gravité et rapidement maîtrisé. Enfin, si quelques “Allah Akbar” ont bien été scandés par un groupe de Syriens, ces acclamations n’avaient d’autres objectifs que de célébrer le cessez-le-feu dans leur pays en guerre. Selon la presse allemande, Breitbart ne chercherait à disperser le peuple germanique que pour mieux s’installer et imposer ses intox.

Bientôt roi du Vieux Continent ?

C’est une crainte : cette passion pour l’”hoax” pourrait bien arriver un de ces jours en Allemagne voire dans notre pays tant Steve Bannon se rêve roi des médias du Vieux Continent. Rappelons qu’en juillet 2016, le “désinformateur” avait déclaré au site Radio-Londres vouloir ouvrir une version française de son site, orienté “pro-Le Pen” : “Nous pensons que la France est l’endroit où il faut être, Avec ses jeunes entrepreneurs, les femmes de la famille Le Pen… Nous cherchons à ouvrir un Breitbart Paris, voire un Breitbart France.”

Outre les Etats-Unis, Breitbart s’est déjà implanté à Londres, ainsi qu’à Jérusalem, pour couvrir Israël et le Moyen-Orient. La dernière “fake news” en date, et pas des moindres, est d’ailleurs à lire sur la version britannique du site d’extrême droite et concerne le démantèlement d’un réseau de passeurs de migrants. Le souci ne résidant pas tant dans l’information que dans le choix de son illustration : une photo du footballeur allemand Lukas Podolski en pleine session jet-ski. Une photo qui date de 2014, année du dernier mondial où le joueur prenait du bon temps au Brésil, où avait lieu la compétition.

//platform.twitter.com/widgets.js

L’antenne londonienne de Breitbart a rapidement changé l’illustration de l’article et a présenté ses excuses à l’ex-international allemand. “Cette image est apparue comme une illustration d’une personne sur un jet-ski. Breitbart London tient à présenter ses excuses à M. Podolski. Il n’y a aucun élément montrant que M. Podolski est membre d’un gang de migrants ou d’un trafic d’êtres humains.

Une fois n’est pas coutume, la fausse information a grandement amusé les internautes, qui se sont fait une joie de reprendre le cliché de ce “dangereux leader de gang” sur les réseaux sociaux. Comme un break bon enfant qui permet d’oublier quelques instants l’épouvante de la propagande…

from Les Inrocks – Actualité http://ift.tt/2wjGzdW
via IFTTT

Publicités