L’élection de Manuel Valls peut-elle être invalidée ?

Reuters

La joie aura été de courte durée pour Manuel Valls. L’ancien Premier ministre a revendiqué peu avant 22 heures hier soir la victoire dans la 1e circonscription de l’Essonne, avec 50,3% des voix

//platform.twitter.com/widgets.js

Mais sur place, dans la mairie d’Evry, l’annonce a été faite sous les huées des opposants, les soutiens de Farida Amrani, candidate de la France insoumise, dont nous avions fait le portrait la semaine dernière. Sous les cris de “tricheur” ou “49,3”, des échauffourées éclatent même au sein de la mairie, et les forces de l’ordre ont dû intervenir pour calmer les esprits.

La candidate revendiquait elle aussi la victoire peu après, avec un commentaire sybillin: “nous avons plusieurs soupçons sur le comptage des voix à Evry”:

//platform.twitter.com/widgets.js

Farida Amrani a ensuite annoncé qu’elle comptait déposer un recours pour contester le vote, et demander un recomptage: l’écart est infime entre les deux candidats, selon les résultats officiels, l’ancien Premier ministre l’a emporté dimanche avec 139 voix d’avance.

//platform.twitter.com/widgets.js

Le recours de Farida Amrani se fera devant le Conseil constitutionnel, a-t-elle annoncé. La candidate de la France insoumise a expliqué lundi matin à BFMTV qu’elle avait “assisté à des choses graves dans un bureau“, en évoquant des photos et des vidéos qui feraient office de preuve.

Manuel Valls fera bien la rentrée parlementaire

La candidate et son équipe se sont rendus ce matin devant la préfecture de l’Essonne pour faire un recomptage des bulletins, mais la tâche s’avère compliqué: la plus grande majorité des bulletins a été détruite lors du dépouillement, comme le prévoit la procédure électorale.

La contestation des résultats par Farida Amrani n’empêchera en tout cas pas Manuel Valls de siéger à l’Assemblée nationale: le recours auprès du Conseil constitutionnel n’est pas suspensif, et la réponse de la juridiction n’arrivera pas dans les prochains jours. Comme le raconte France Info, lors des précédentes élections législatives en 2012, 108 recours avaient été déposés en 2012, et le délai de réponse était compris entre quatre et six mois.

Les chances de voir le résultat annulé paraissent assez faibles: les procédures devant le Conseil constitutionnel aboutissent rarement à un nouveau vote. Comme le note Europe 1, depuis 1958, moins de 70 de votes ont été annulés, et jamais un plaignant n’a été déclaré vainqueur par le Conseil constitutionnel.

from Les Inrocks – Actualité http://ift.tt/2tiWp3O
via IFTTT

Publicités