Qui est Farida Amrani, la candidate insoumise qui peut faire tomber Manuel Valls ?

Farida Amrani (page FB de la candidate)

D’un côté il y a Manuel Valls, l’ex-Premier ministre devenu candidat “divers gauche” (ni le PS ni LREM ne l’ont soutenu, sans pour autant présenter quelqu’un contre lui) aux élections législatives dans la première circonscription de l’Essonne, où il a obtenu 25,45 % des voix au premier tour. De l’autre, il y a Farida Amrani, candidate de la France Insoumise (FI) également qualifiée au second tour, avec 17,61 % des voix. Le premier s’est fait volontairement très discret médiatiquement durant toute sa campagne, après sa défaite cuisante à la primaire du PS et ses déboires pour obtenir l’investiture d’En Marche ! aux législatives (en vain). La seconde, inconnue du grand public, a tracé son sillon au milieu de vingt autres candidats – un record pour le département -, profitant du succès de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon (arrivé en tête au premier tour à Evry avec 34,69% des voix), en passant sous les radars médiatiques.

“Cette circonscription n’est pas comme les 576 autres”

Alors qu’un sondage Ifop les donne au coude à coude au second tour, dans cette circonscription particulièrement scrutée, les projecteurs se braquent subrepticement sur elle. Seulement voilà : parfois son portrait manque sur les sites internet à côté de celui de l’ancien maire d’Evry (de 2001 à 2012). Son adversaire et certains journalistes poussent même l’anonymisation de sa candidature au point de ne plus la désigner que par un terme aussi vague que peu amène : “la mélanchoniste” (sic). Même les six maires de la circonscription (tous de droite sauf Francis Chouat à Evry) soutiennent M. Valls en se gardant bien de citer le nom de son opposante.

C’est dire si Farida Amrani part en outsider, et si l’éventualité de sa victoire fait frissonner les plus rétifs au changement (dont Serge Dassault, l’ancien maire de Corbeil-Essonnes). “Elle a fait preuve d’une ténacité remarquable, elle n’a jamais douté, alors qu’elle a dû faire face à de nombreux obstacles, et que tout a été fait pour invisibiliser sa campagne”, estime Bastien Lachaud, le directeur de la campagne de la FI pour les législatives. De fait, entre la candidature de Dieudonné – sur la liste de l’homme qui avait giflé Manuel Valls en janvier dernier –, et celle de Francis Lalanne sur une liste écologiste, celle de Farida Amrani et de son suppléant Ulysse Rabaté est passée quasiment inaperçue.

Le 6 juin, des dizaines d’intellectuels engagés (Didier Eribon, Eric Fassin, Edouard Louis, Annie Ernaux…) ont bien lancé un appel en leur faveur sur le site de Mediapart, sans beaucoup de succès. “Cette circonscription n’est pas comme les 576 autres, elle draine avec elle les affaires de Serge Dassault, et c’est le fief de Manuel Valls, ça avait donc du sens de se prononcer dessus, explique le philosophe Manuel Cervera-Marzal, signataire du texte et ami d’Ulysse Rabaté. Ce serait un plaisir de voir tout ce que Valls représente désavoué par les urnes”.

Du syndicalisme au militantisme politique

C’est donc sur les épaules de cette fonctionnaire de 40 ans, qui s’est mise en congé de la communauté d’agglomération Cœur d’Essonne depuis trois semaines, que repose donc la vague de “dégagisme” qui pourrait mettre “Monsieur 49-3” au chômage. Au bout du fil, celle qui a reçu le soutien de Benoît Hamon au second tour se présente avant tout comme une citoyenne ancrée dans son territoire, habitante d’Evry depuis 1997, et “parent d’élève engagée” (elle a trois enfants). L’inverse de l’apparatchik, en somme. Née au Maroc en 1976, et arrivée en France à l’âge de deux ans, elle a fait ses premières armes en créant presque de toute pièce un syndicat CGT sur son lieu de travail. “Le rejet de l’injustice et des inégalités de traitement m’ont conduit à m’engager syndicalement”, raconte-t-elle d’une voix calme et posée.

En 2014, alors qu’elle ferraille contre l’application “arbitraire et autoritaire” de la réforme des rythmes scolaires à Evry, le maire remplaçant de Valls lui fait cette réflexion : “Si vous n’êtes pas contente, vous n’avez qu’à monter votre liste”. L’intéressée le prend au mot et prend la tête d’une liste Front de gauche, avec “10 personnes encartées sur 43”, se vante-t-elle. Avec 20 % des voix, elle obtient 4 élus. Pour elle, sa candidature aux législatives n’a donc rien de fortuit : “On est dans la continuité, je ne combats pas la personne de M. Valls, mais sa politique”.

Ce premier fait d’arme force le respect d’une partie de la gauche locale à l’époque, mais lui vaut aussi quelques inimitiés – notamment au sein du PCF. “Quand elle décide de lancer une liste avec des citoyens aux municipales contre Valls, elle réalise un acte politique courageux, car elle partait contre le PCF, qui soutenait Valls, et dont elle était pourtant membre [elle l’est encore, ndlr], témoigne son suppléant de 30 ans, élu d’opposition au conseil municipal de Corbeil-Essonne, Ulysse Rabaté.

“Farida Amrani au Palais Bourbon, ce serait un symbole”

Quand vient le moment des investitures de la France Insoumise pour les législatives, le choix du binôme Amrani-Rabaté semble évident. “C’est une femme, jeune, issue des milieux populaires… Face à Manuel Valls et aux positions qu’il défend, c’était important”, souligne Martine Billard, qui anime le comité électoral national de la FI. “Farida Amrani au Palais Bourbon, ce serait un symbole, même si elle n’aime pas qu’on le dise, quand on voit que l’Assemblée est composée essentiellement d’hommes blancs de plus de cinquante ans, soutient également Ulysse Rabaté. Cela dépasse les frontières de la circonscription, ce serait un message envoyé aux gens qui hésitent à s’engager.” A bon entendeur, pour celui qui voulait “plus de blancs, de white, de blancos” à Evry.

Alors que les classes populaires et les jeunes, qui avaient dirigés leurs votes vers Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, se sont massivement abstenus au premier tour des législatives, la candidate espère les ramener aux urnes au second tour. “Les banlieues sont souvent montrées du doigt comme étant des déserts politiques. Nous allons montrer qu’au contraire, le débat existe, et qu’il y a une mobilisation pour tourner la page de la grande trahison de la ‘gauche’ par Manuel Valls”, lance-t-elle. Elle peut compter pour cela sur son directeur de campagne, Bruno Piriou, élu d’opposition (PCF) à Corbeil-Essonnes, et fervent opposant au “système Dassault”.

Le rejet suscité par Manuel Valls sera-t-il suffisant ? Martine Billard veut croire que le miracle de l’élection municipale de Grenoble en 2014, où la mobilisation en faveur du candidat du “rassemblement citoyen” Eric Piolle contre le socialiste Michel Destot s’était accrue une fois qu’il a été qualifié au second tour, peut se reproduire. Comme dit l’adage, au second tout, “on élimine”.

from Les Inrocks – Actualité http://ift.tt/2rpG6VB
via IFTTT

Publicités